Combien d’entrepreneurs j’ai pu entendre me dire : « Mon Dieu, faites quelques chose, c’est une catastrophe ! ». Ce à quoi je réponds à chaque fois : « Dieu, c’est à côté » (oui, j’ai un humour… particulier!). Plaisanterie mise à part, plus les années passent et plus les vieilles rengaines semblent me revenir aux oreilles bien trop souvent.

Il faut donc y remédier, et faire taire tous ces apprentis sorciers qui jettent l’opprobre sur mon joli métier. Une bonne fois pour toutes, à tous ceux et toutes celles qui lisent ces lignes je voudrais vous dire : « Quand allez-vous arrêtez de croire tous ces charlatans ? » Quand l’offre vous paraît trop belle pour être vraie, pourquoi est-ce que 90 fois sur 100, vous vous jetez dans la gueule du loup ?

Je vais donc me faire un plaisir aujourd’hui de « démolir » un par un les mensonges que l’on vous sert à longueur d’années et rétablir quelques vérités qui sont toujours bonnes à dire et à entendre.

1/ Créer un site Flash « C’est de la tuerie ! » vos clients vont adorer

FAUX. Vos clients vont détester. Ma main à couper. Premièrement, votre entreprise ne s’appelle ni Coca Cola, ni Nike, alors laissez tomber le Flash, vous n’en avez ni les moyens, ni la réputation. Le Flash est une technologie utilisée dans des secteurs tels que le Luxe, l’Entairtainment, les Jeux vidéos, les marques high tech, etc… Ces sociétés sont mondialement connues, c’est pour cette raison qu’elle peuvent investir dans le Flash pour créer des interfaces riches et ludiques. Vous, vous n’êtes pas connu, vous avez cruellement besoin de reconnaissance et ne pouvez vous permettre de faire patienter vos clients durant le chargement de vos pages.

Alors vous arrêtez tout de suite avec le Flash. L’attention d’un client est très limité, alors allez au plus pressé et faites dans l’action, pas dans la démonstration. Et je ne vous parle même pas du coût, de la maintenance, des modifications au prix exorbitants, et du fait que l’iPhone ne lit pas le Flash!

2/ Faire héberger son site sur les serveurs de son agence web

ERREUR. De prime abord, cela peut paraître intéressant financièrement, après tout vous travaillez avec une agence web, pourquoi ne pas lui sous-traiter cette partie là également. Tout simplement parce que l’hébergement de votre site et votre nom de domaine (www.mondomaine.com) appartiendront à votre agence et non à vous. Je vous laisse imaginer les problèmes le jour où vous souhaitez changer de prestataire, ou faire transférer votre nom de domaine sur d’autres serveurs.

3/ Créer son site avec un ami (frère, cousin, tante…) pour pas un rond

CATASTROPHIQUE. L’idée du siècle. Facile, c’est un ami. Simple, le site sera créé en 2 minutes. C’est un pro… mais de quoi ? D’autres avant vous, on eu cette brillante idée. Ils s’y sont cassés les dents. Si là aussi, cela paraît être une excellente façon de diviser les coûts pour un résultat « équivalent » (notez les guillemets), vous allez vite déchanter. Ce n’est pas parce que votre ami est à l’aise sur un PC ou qu’il sait décrypter un DVD, que ça fait de lui un professionnel.

Évitez également l’amalgame entre informaticien et développeur. Cela n’a rien à voir. Un peu comme comparer un chauffeur routier et un pilote de course. Pour faire bref : votre ami sera plus souvent absent que vous ne le pensez, il oubliera des rdv, aura du mal à se libérer, entre les enfants, le boulot et le match de foot avec les potes, il fera des erreurs de débutant (référencement, développement à l’arrache, code pas « propres »,…). Un pro sera toujours là, lui.

De plus si vous pensez que votre ami ne vous coûtera que quelques centaines d’euros, c’est faux, parce que lorsqu’un pro reprendra votre site sur lequel des clients ont déjà leurs habitudes, cela vous coûtera plus que des cacahuètes…

4/ Fuyez les promesses du style « Je vais référencer votre site en 1ère page en 2 semaines »

ARCHI-VRAI et FAUX! C’est bien sûr techniquement impossible. Un prestataire vous débitant autant de sottises, vous pouvez le fuir comme la peste. Personne ne peut vous promettre de référencer votre site en 1ère page en moins de 3 mois, c’est un minimum, voir 12 mois, pour des sites à forte concurrence (auto, crédit, rencontres en ligne,…). Mais alors, pourquoi je dis que ça peut être VRAI aussi ? C’est très simple, c’est une technique vieille comme… internet! Il est très facile de référencer un site en 1ère page et sur le 1er résultat avec le nom de domaine d’un site. Si le travail a été bien fait, le nom de domaine sera unique, donc très facile à positionner, puisqu’il n’existe aucun concurrence. Il est aussi très facile de positionner un site rapidement en tête des résultats sur des requêtes très peu concurrentielles (moins de 10 000), type « vends slip marron sur Paris ». Le client pense alors que l’expert SEO est un spécialiste et lui accorde toute sa confiance (et son argent).

5/ Fuyez également les formules « Référencer un site sur + 1000 annuaires »

INUTILE. Les annuaires c’est bien, mais c’est loin d’être la panacée. Qui plus est, ce type d’offre est un référencement automatisé, sur des annuaires de piètre qualité en général, avec des ancres (le texte de votre lien) non optimisées, et cela ne vous rapportera strictement rien en terme de référencement. Pour dire vrai, les annuaires, il en existe une bonne trentaine d’excellents et une myriade de catastrophiques. Donc, rien de vaut une bonne stratégie de netlinling, de réseaux sociaux et d’optimisation. Sachez qu’un bon référencement demande un travail de qualité, une analyse pointue de la concurrence et un budget en conséquence. Ne confondez pas vitesse et précipitation.

Évidemment, je pourrais vous parler d’autres fausses promesses (référencement automatique, duplicate content, spam mail, ferme de liens, cloaking…) ou bonnes idées (certaines techniques black-hat, si bien utilisées…), mais j’y passerais la semaine. J’espère simplement vous avoir apporté quelques réponses et/ou bons conseils pour vous apprendre à vous méfier des pièges que « certains professionnels » essaient de vous tendre. Pour créer un site de qualité, professionnel et efficace, pensez aux bonnes solutions et non plus aux mauvaises.

Dans la même catégorie :