Il n’est pas rare de lire sur de nombreux blogs que le référencement par la longue traine et l’une des astuces n°1 des experts SEO. Il semble donc que ce concept, popularisé il y a des années lumières (en 2004) par Chris Anderson, soit toujours l’arme fatale du SEO en manque de positionnement. Ce qui sous-entend que le référencement n’est possible uniquement que sur des requêtes de faibles concurrences. Quid de la quantité d’expressions à référencer, pour atteindre un trafic suffisant et/ou de qualité ? Faut-il oublier les mots clés très (trop) concurrentiels ?

C’est quoi la longue traine ?

En gros, ceux sont toutes les expressions ou mots clés qui génèrent peu de visites, mais qui par accumulation représentent une grosse partie des visites d’un site internet. La longue traine est donc constituée généralement de 4 à plusieurs mots clés. Les termes génériques et donc trop concurrentiels sont écartés (ex : rachat crédit). Plus une requête de longue traine et spécifique plus elle est ciblée (dans le texte).

Le référencement grâce à la longue traine

Expliqué de cette manière, il est très facile de croire que la longue traine est un remède à tous les sites qui n’ont pas ou peu de trafic. En effet, il suffit de cibler des mots clés sur lesquels le positionnement sera facile et ensuite de pondre un article sur ledit mot clé et le tour est joué. C’est une erreur de croire que la longue traine, à elle seule, peut faire exploser les stats de fréquentation.

Premièrement, tout mot clé à un potentiel. Ce potentiel de référencement est à mettre en exergue avec la concurrence : nombre de liens entrants, ancienneté des noms de domaine, trust flow, citation flow, partages sur les réseaux sociaux, notoriété des sites, nombre de pages, positionnements, etc…

Deuxièmement, la quantité industrielle, de mots clés de longue traine, qu’il faut pour attirer un trafic important est gigantesque. Imaginons que vous cibliez les mots clés de moins de 30 visites mensuelles, données Google Adwords, (on la joue petit bras), pour être quasi certain de vous positionner dessus. Si vous avez auditer un minimum la concurrence et que les feux sont aux verts, il vous faudra un nombre impressionnant de requêtes pour arriver à un résultat convenable. Sans compter le nombre d’article à y consacrer, car je vous le rappelle : un mot clé = 1 article. Je vous laisse faire le calcul.

Baser son référencement sur la longue traine

Est-ce raisonnable de baser son référencement uniquement sur des mots clés de longue traine ? Bien sûr que non. J’en vois déjà qui grincent des dents. Je m’explique : Le référencement ne doit pas se concentrer sur la longue traine, celle-ci découle naturellement du contenu écrit pour des requêtes plus concurrentielles. On constate souvent qu’un site se positionne sur des mots clés sur lesquels aucun effort particulier n’a été fait. C’est une incidence normale et logique du processus de création de contenu qui veut que ces expressions ressortent naturellement. (lire cet excellent article d’Axenet sur la création de contenu)

Les stratégies de référencement de longue traine

Il existe toutefois des petits malins qui pensent avoir réinventer la roue et qui proposent des solutions à base « référencement longue traine ». Ces personnes tentent de vous persuader que la seule façon de positionner un site durablement c’est de choisir la longue traine comme stratégie de référencement (cliquez ici). Ces gens-là vous donneront des listes de mots clés à plus de 8 ou 10 mots. Ils vous diront d’associer systématiquement le nom de votre localité, histoire d’être présent dans Google Local. Ils vous montreront des sites clients sur lesquels la stratégie fonctionne à merveille, vous démontreront que le site est 1er sur des nombreuses requêtes. Ces personnes, vous mentent, tout simplement.

Pour faire simple : comment les mots clés donnés ont-ils été trouvés ? Combien de recherches mensuelles ? La concurrence ? etc… On en revient toujours au même !

Il est très facile de faire croire que la longue traine est une stratégie de référencement miracle, mais ce n’est absolument pas le cas. Encore moins lorsqu’on vous prétend le contraire, fuyez.

Je le répète encore, mais le référencement n’est pas magique : le travail repose sur de l’analyse, du bon sens, de la création de contenus (texte, images, vidéos, etc…) et (un peu) de backlinks. Certains mots clés demanderont plus d’efforts, d’autres seront plus simples à positionner. La longue traine découlera automatiquement.

Source images : www.webmarketing.eolas.fr

Dans la même catégorie :

Résumé
Référencement et longue traine : Le coktail parfait ?
Titre de l'article
Référencement et longue traine : Le coktail parfait ?
Description
Ceux sont tous les mots clés qui génèrent peu de visites, mais qui par accumulation représentent une grosse partie des visites d'un site internet. La longue traine est donc constituée généralement de 4 à plusieurs mots clés.
Auteur