Un titre accrocheur (vous m’accorderez bien ça), qui fait écho à l’actualité (ciné, OK !) et qui me permet de faire un jeu de mot comme j’en ai rarement (?) l’habitude. Mon dernier article remontant aux calendes grecques, il fallait au moins ça pour capter l’attention. Hormis pour la blague, pourquoi titrer « 50 nuances de grey hat » ? Tout simplement parce que en cette nouvelle année 2015, où chacun sort la sienne, histoire de prévoir ce qu’il va bientôt arriver de pire en SEO, je trouve tout à fait déplacé pour la plupart d’écrire tout haut ce qu’il ne pense absolument pas tout bas. Donc acte !

Pénétrons la SERP

Afin de faciliter notre introduction au sein du triangle d’or interdit de Google la prude, nous allons devoir ruser et nous glisser sournoisement sous la jupe de la demoiselle, sans qu’elle nous remarque. Comment arriver à atteindre le point G, en restant sagement en retrait, alors que pour décrocher la timbale, il va falloir la mouiller… la chemise !

L’art et la manière

Votre domaine, c’est (pour l’exemple) les jouets érotiques (sic!). Les prétendants sont nombreux et chacun joue des coudes pour être dans le lit conjugal. Vous, vous êtes ce que l’on appelle un « 3 minutes douche comprise » : c’est à dire, le genre de gars qui ne s’embarrasse pas des préliminaires. Ça tombe mal, car la demoiselle est farouche et n’aime pas montrer sa culotte trop rapidement. Qu’a cela ne tienne, armé de votre courage et bourré de testostérone, vous allez lui faire la cour comme jamais.

Patience est mère de toutes les vertus

Si pour vous le mot patience est le prénom de votre ex, vous êtes sur la bonne voie. La dame en couleur qui fait la pluie et le beau temps autour d’elle, ne peut réellement se permettre d’avoir des exigences trop prétentieuses, au risque de ne plus avoir de courtisans. Elle s’accommode donc de quelques entorses à la bienséance, eu égard à son rang : vous, petit vicieux, tel un Marquis de Sade, vous allez en profiter pour la titiller bien comme il faut, en la lui mettant bien sous le nez… votre camelote.

Faire ça court mais faire ça bien !

Comme on vient de le dire, vous êtes un homme pressé. Vous n’avez que faire des batifolages d’une jouvencelle effarouchée et ce que vous souhaitez par dessus tout, c’est conclure. Vient donc le moment de passer à l’acte et pour se faire, vous sortez de votre escarcelle, votre premier coup : l’achat de domaines expirés. Comment ? Vous osez donc pour cette première fois, la prendre par derrière et lui faire un petit dans le dos ?

La honte c’est pour les frileux, et mieux vaut se faire pardonner que demander l’autorisation. Mais vous êtes perfide, vous ne lui balancez pas directement tout à la figure, non, vous attendez un peu, vous la faites languir, caressant dans le sens du poil le désir de ladite demoiselle : vos domaines, vous les faites mûrir un peu, les maintenez au chaud, puis lorsqu’ils sont à point, vous les redirigez vers votre atout principal. Dame Google n’y voit que du feu, les domaines sont à point, leur contenu la réconforte et la flatte. Assaut numéro 1 en plein dans le mille.

Passez à l’acte sans penser aux lendemains

Vous êtes pressé, on l’a bien compris. Mais pas stupide pour autant. Vous savez très bien que votre premier assaut ne suffira pas à vous glisser dans son lit pour la vie. Et puis les lendemains qui déchantent, vous, ça vous connait. A trop courir de lièvres à la fois on finit souvent par se la mettre derrière l’oreille. Pour pallier à cette triste réalité, vous avez un autre atout dans votre manche : la belle aime qu’on lui raconte des histoires, vraies ou fausses peu importe. Ce qui l’excite, ce sont les longs romans qu’on lui adressait il y a de ça quelques années maintenant. Cela lui manque, plus personne ne prend la peine de la satisfaire pleinement. Vous avez très vite compris que pour l’amener au 7ème ciel, votre belle gueule de suffira pas. Et bang, second coup de reins : le Content Spinning. C’est à dire ?

Homme pressé ou pas, pour conclure, va falloir payer de sa personne, mais vous n’avez pas l’âme d’un conteur. Vous avez donc trouver une idée pour la prochaine parade. Telle Shéhérazade, au palais des Mille et Une nuits : vous allez lui raconter la même histoire chaque soir durant mais énoncé différemment en évitant soigneusement de lui conter la fin. La gourmande ne pourra s’empêcher de vouloir connaître la suite et vous gardera auprès d’elle soir après soir. Fin du deuxième acte, vous êtes dans son lit.

Honni soit qui mal y pense

Malheureusement pour vous, ce que la belle ne sait pas, c’est que vous êtes un coureur de serps. Malgré votre confortable situation, vous ne pouvez vous empêcher de regarder ailleurs. Et le menu est plutôt alléchant. Sauf que la Dame ne l’entend pas de cette oreille. Elle vous a prévenu : tout manquement entraînera une sanction sévère, ses deux armoires normandes, Panda et Penguin, n’attendent que ça depuis le début de votre relation, de vous faire gouter à leur sandbox.

Les avertissements vous n’en avez rien à faire, donc vous tentez le coup : d’autres coquines n’attendent que ça que vous veniez les chatouiller. N’écoutant que votre désir, vous filez l’adultère avec vos nouvelles prétendantes. Et puis que risqueriez-vous, vous êtes le mari de la patronne. Vous y allez donc comme un bourrin : vas-y que je te mets un coup ici, puis là,… à ce rythme, c’est plus des coups de canif, c’est carrément un attentat. Des liens, vous en avez avec la terre entière, mais vous n’êtes pas satisfait, alors vous sortez une nouvelle arme : l’achat de liens. Comment pourrait-on détecter un lien naturel d’un « faux » liens et puis dans la vie, n’avons nous pas tous de « fausses attaches », nous obligeant parfois à nous mentir à nous mêmes ?

Votre estocade porte ses fruits, du moins au début. Vous confortez rapidement votre position dominante et vos poursuivants ne peuvent suivre la cadence. Vous parvenez même à vous prendre pour ce que vous n’êtes pas. Le succès est grisant, plus dure sera la chute. Pendant que vous vous prenez pour le Roi du Monde, d’autres courtisans prennent la château d’assaut. Mais plus perfides encore, ils tentent une stratégie à laquelle vous n’aviez pas encore pensé : la franchise. Toutefois, la chance est avec vous. La franchise n’est pas une arme efficace rapidement, elle ne porte ses fruits qu’à très longs termes. Seulement, Dame Google, n’est pas insensible à ces attentions et dans sa grande « mansuétude » entre ouvre un peu la porte. Mais pour ne pas se laisser tenter par le désir trop facilement, elle fait garder l’entrée de ses charmes par ses deux bêtes de foire, accompagné d’un troisième larron, qui pour l’instant de décline pas son identité.

Hier roi du monde, aujourd’hui presque paria au yeux de votre dulcinée. Vous couchez dans les écuries, là où elle a bien voulu que vous alliez. A force de fréquenter les sites de petites vertus et à trop batifoler avec la populace, vous êtes redevenu invisible aux yeux de la dame. Sauf que vous êtes toujours dans les lieux. Vous n’avez pas encore gouter aux joies de la sandbox et malgré tous leurs grands discours, Penguin et Panda n’ont pas réussi à la convaincre de vous virer manu militari. Et c’est là que vous vient une idée, une nouvelle, arme qui n’en est pas vraiment une : La force de frappe brutale : le google bombing.

La meilleure défense c’est l’attaque

Tout ce monde qui s’agite autour de votre bien aimée, vous en avez assez. Vous allez montrer qui est l’homme fort du château et mettre une bonne fois pour toutes ces intrus à la porte. La meilleure façon qui soit est encore d’attaquer en premier. On ne se méfie jamais assez de ceux qui nous semblent insignifiants. Mais pour contre attaquer et regagner le cœur de la belle, il vous faut des armes et pas qu’un peu : vous ressortez alors vos vieilles malles poussiéreuses et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, vous avez assiégé littéralement la place. En bombardant de la sorte vous avez fait fuir ces manants et vous êtes remonté dans l’estime de votre aimée. Qui aurait pu croire que ce piège marcherait encore ? Et pourtant, personne n’y pense plus mais les vieux de la vieille eux, connaissent la formule magique.
La chance sourit aux audacieux mais cela suffira t-il pour consolider votre place auprès de la dame ?

Refaire du vieux avec du neuf

Vous avez atteint l’extase, vous êtes revenu au top et madame vous laisse à nouveau tripoter ses jouets. Mais vous savez la chose inconfortable. Depuis vos égarements dans les bras d’autres aguicheuses, la Dame vous a à l’œil. Sans compter les deux colosses, qui n’aiment pas être bernés et qui guettent le moindre de vos faux pas. Une rumeur au château annonce qu’un nouveau décret est sur le point de voir le jour : la mobilité et l’expérience utilisateur semble être de la partie. Cela semble être lui, le 3ème larron, qui patientait dans l’obscurité et qui voudrait bien sortir du bois. Vous et vos soldats risqués de la sentir passer celle là, si elle venait vraiment à être mise en application. Mais pour le moment, votre esprit est occupé ailleurs. Les animaux du zoo ne vous lâche pas d’une semelle, impossible d’avoir la trique avec ses deux là. Vous êtes pris au piège. Vous devez vous assagir, un temps du moins, et vous optez pour l’assurance : le naturel.

Ce mot vous sort par les narines, rien n’est moins naturel que quelqu’un qui essai de l’être. Mais le jeu n’en vaut pas la chandelle. Vous rentrez dans le rang. Vous y allez de votre petit commentaire, de votre communiqué bien senti, de publication sur d’autres sites. Quelques fois vous tentez un lien ou deux vers l’extérieur mais les froncements de sourcils de votre bien aimée vous alertent. A chaque petit faux pas, les portes étendards de la banquise et de la chine impériale, font un pas vers vous. Mais le plaisir n’y est plus. Votre union vous a enlevé tout ce qui faisait le sel de votre vie…

Les alliances de reforment

De nouveaux prétendants pénètrent chaque jour la cour du château et montent les étages plus vite que prévu. Vos anciens amis, bien moins malins que vous, ont fini leur vie dans les geôles. Les arrivants eux jouent le jeu de Dame Google. Et cette fois, c’est elle, qui vous la fait à l’envers. Elle vous la met tout doucement, là, sous le nez. Elle a envie de fraicheur, de tendresse, qu’on l’aime, la garce. Elle a changé les règles, vos petites manies l’ont agacés au point de la rendre paranoïaque. Elles pensent que tout le monde n’en veut qu’à son triangle d’or, à la zone chaude sur laquelle pointent tous les regards. Elle a intensifiée les contrôles aux frontières : plus de qualité, moins de quantité. Il faut dire que ses ressources ne sont pas éternelles, elle ne peut entretenir sa cour plus longtemps sans y faire la ménage, essaie t-elle de nous faire croire. Du coup elle gouverne par la terreur, ceux que cela impressionne tombent dans le panneau, ils sont nombreux à chanter ses louanges.

Vous, vous avez divorcé entre temps. Vous perdiez votre temps. Vous avez renoué avec vos anciennes conquêtes, vous êtes libres maintenant. Mais surtout, vous êtes libres de recommencer une nouvelle vie. Et avec ce que vous savez, on ne vous y reprendra plus. Vous rigolez bien des petits nouveaux qui se prétendent tant de choses mais qui n’arrivent pas très haut malgré des efforts de forçat. Vous avez même entendu dire que certains suivez aveuglément les guidelines de Google (y’a plus de madame depuis longtemps). Une vraie secte en puissance. Vous savez comment lui plaire et vous avez les moyens de le faire. Malin comme vous êtes vous êtes sur le point de la prendre de nouveau par derrière mais cette fois, vous prendrez vos précautions et ne tomberez plus amoureux.

Ne changez jamais ce que vous êtes mais changez seulement comment vous le faites.

Dans la même catégorie :

Résumé
Cinquante Nuances de Grey... Hat !
Titre de l'article
Cinquante Nuances de Grey... Hat !
Description
Un titre accrocheur (vous m'accorderez bien ça), qui fait écho à l'actualité (ciné, OK !) et qui me permet de faire un jeu de mot comme j'en ai rarement (?) l'habitude. Mon dernier article remontant aux calendes grecques, il fallait au moins ça pour capter l'attention.
Auteur