Sacrée balise H1 qui se rêvait sur un piédestal et qui ne fût finalement qu’un géant aux pieds d’argile. Tragédie grecque ou drame moderne ? A l’heure où tout un chacun essaie de se faire une place tout en haut des SERPs, la relative facilité à utiliser des raccourcis, à de beaux jours devant elle. C’est donc l’histoire d’une balise H1 qui se voyait déjà en haut de l’affiche.

Il était une fois, la balise H1, une balise pas plus grande que les autres, mais qui vivait mal sa condition de simple balise HTML. Chaque nuit, le même rêve étrange l’endormait : Être en haut de l’affiche, là où son nom s’étalerait en lettre de feu. Oui mais voilà, le réveil est toujours aussi brutal pour notre petite balise. Comment arriver en haut de l’affiche justement ? Elle se mit alors à chercher par tous les moyens, une solution à son problème existentiel. Nul doute, que si d’autres balises y sont parvenus, pourquoi pas elle. Après tout, elle porte bien le numéro 1.

Aussi, se souvient-elle de sa lointaine cousine, la Meta Keywords, ancienne gloire des tapis rouge, reine incontestée durant quelques temps devenus par la force des choses, contestable. Notre balise H1, n’est pas bête, elle sait pertinemment que sa cousine s’est laissée griser par le succès et à trop jouer la polissonne, elle a finit par se brûler les ailes. Toutefois, le succès (éphémère) de sa parente, lui monte rapidement à la tête. Sa condition ne lui convient plus à notre H1, elle se rêve actrice majeure des SERPs et se donne tous les moyens pour réussir.

Je me voyais déjà en haut de l’affiche

Après quelques essais réussis, elle se lance dans le grand bain et s’autoproclame en grande pompe, reine des pages web. Fini la galère, les coins de page pourris, les écrits minables. Maintenant, notre petite balise H1 est devenue grande. Elle crée sa voie et dirige toute seule sa destinée. Grisée par le succès, H1 devient grande, elle acquière une renommée mondiale. Son importance est soulignée partout où elle passe, elle enchaîne les apparitions, se produit en spectacles, souvent couronnés de succès faut bien l’avouer. Il n’est pas rare de la croiser sur une page, s’étalant en gros caractères gras, contestant leur place aux autres balises.

Sa relative facilité d’emploi, appuyer par un discours élogieux de certains « spécialistes », lui confère une aura divine. Tout le monde l’utilise, on la duplique à l’envie, on la décore, on la rend désirable. La petite balise H1 est désormais une star, à qui tout sourit. Un reine de l’optimisation, l’une des rares balises HTML à s’être fait une place au soleil. Et puis, plaisir suprême, sa cousine, mourante, vient lui demander des conseils.

Dans toute cette agitation, notre H1 n’a pas remarqué certains éléments annonciateurs de changements.

La mort lui nuit

Notre balise H1 n’a pas vu arriver ce qui causera sa perte : la (sur)optimisation. Trop affairée à se faire belle et désirable aux yeux de millions de référenceurs, elle n’a pas su négocier le virage qui s’annonçait. Certains articles auraient du lui mettre la puce à l’oreille. Elle qui était présente en haut de chaque page, aurait du lire ce qui se passait sous ses pieds. Le vent commençait doucement à tourner. Des rumeurs ont commencé à naître et à prendre de plus en plus d’ampleur. Une de ces alliées au cours de ces années de succès, la balise Title, se détache d’elle et prend ses distances avec son amie envahissante. H1 voit cela comme du snobisme, mais ne prend pas garde. Ce qui se trame dans l’ombre n’a pas d’emprise sur son moral. Pourquoi aurait-elle des peurs ou des doutes ? Tout le monde aura toujours besoin d’elle, elle est indissociable d’une page web et son utilisation pour un meilleur balisage interne, ne fait plus aucun doute.

Mais H1 oubli (volontairement ?) 2 données essentielles de son écosystème :

  • Il est régit par une seule entité qui décide de vie et de mort sur l’ensemble des éléments qui composent le web
  • L’utilisation de H1 est humaine… sic !

Tandis que Title, reste une valeur sûre des SERPs, car elle est la seule balise visible et cliquable des résultats, H1 entame progressivement sa descente (vers l’Enfer?!). Son heure de gloire est terminée. Ce qui a eu raison d’elle ? La sur-optimisation. Un mot barbare, qu’elle ne connaissait pas et qu’elle n’a pas compris. Associée dans ses années de faste à la balise Title et à l’Url d’une page web, H1 pensait être à l’abri pour toujours du destin de sa lointaine cousine. A trop vouloir jouer avec le feu, elle a finit par se brûler les ailes, elle aussi.

La fin de la récréation

La fin de la récréation a été sonnée il y a quelques années maintenant. La patron en a décidé ainsi. La sur-optimisation est un fléau qu’il a fallu éradiquer. Certains soldats sont tombés. Dorénavant, H1 est retournée auprès de ses proches (H2, H3, etc…), elle a prit du recul sur tout ça. Elle a reprit doucement sa vie comme elle l’avait commencé. Sans bruit. Sans heurts. Sans passion. D’autres occupent aujourd’hui le devant de la scène.

Pas de balise en vue, juste une notion. Une simple notion, logique et pérenne, qui existe depuis le début du web, qui a été « écartée » durant quelques temps. Une notion qui ne fit jamais d’esclandre ni de coups d’éclat, qui prit tranquillement son temps pour s’insinuer dans l’esprit de chacun. Une notion que l’on appelle… Contenu.

Crédits image : http://webdoubts.com

Articles similaires :