Après  avoir vu en détails la manière de procéder pour créer une newsletter, nous allons maintenant nous atteler à l’optimiser et à la rendre “véritablement” efficace.

Vous aurez beau créer une newsletter magnifique, doté d’un graphisme soigné, pour convaincre votre auditoire, si personne ne la lit, si personne ne l’ouvre ou si personne ne participe à sa promotion, vous aurez gâché votre talent pour rien, et devrez tout recommencer.

Vous vous poserez probablement les pires questions : “Qu’ai-je fait de mal ?”, “Pourquoi rien ne marche ?”, “Mais pourquoi personne ne lit ma newsletter ?”, “Suis-je si nul ?”

Ok, peut-être que vous ne vous poserez pas tant de questions :D, mais certaines d’entre elles vous empêcherons de vous concentrer sur l’essentiel. Alors, que ce n’est pas votre talent qui doit être remis en cause, mais bien votre stratégie et uniquement elle.

Une newsletter pour les gouverner tous !

Vous souhaitez développer les ventes de votre site. Vous avez une centaine d’abonnés à votre newsletter. Vous envoyez une newsletter par mois et votre taux d’ouverture est de 0,004%. Autant dire, proche du néant. Avant de tout envoyer promener et de changer de métier, on va faire ensemble un petit tour d’horizon et voir ce qui cloche et y remédier.

L’exemple typique de ce qui ne marche pas

Recopier la concurrence. C’est le réflexe quasi instantané de quiconque souhaite développer ses ventes. Quoi de mieux en effet, que de faire comme le concurrent d’en face, à qui ça réussit bien. Après tout, c’est pas la peine de se casser la tête à réinventer la roue, autant piocher dans les bonnes idées du voisin. Ça limite la casse me direz-vous ?

Au contraire, ça vous mène droit dans le mur. Ce n’est pas parce que cela fonctionne bien pour un site, qu’une technique peut être reproduite à l’identique pour son propre business. Même si la thématique est très proche. Encore plus, je dirais.

Comme vous, j’ai aussi choisi quelques fois la voie de la facilité, cédant à la tentation coupable de me réapproprier ce que d’autres ont fait avant moi, et mieux fait, d’ailleurs. Mais cela n’a jamais marché. Pourquoi ? Parce que chaque business est unique, quand bien même très proche “thématiquement”. Les sensibilités de chacun jouent aussi beaucoup dans la mise en place d’une stratégie. Des fois, il suffit de modifier une couleur dans un bloc de texte pour faire grimper en flèche son taux de rebond*.

Comment améliorer le taux d’ouverture de ma newsletter ?

Il n’y a rien de magique dans ce que je vais vous dire. Personnalisez votre message, c’est la clé de la réussite. Rien de pire que d’ouvrir sa boite mail et de ne pas connaitre l’expéditeur d’un e-mail, surtout lorsque cet email est générique, commun à des milliers d’autres destinataires.

Le maître mot pour améliorer son taux d’ouverture, c’est la personnalisation de l’objet du mail, du message et une offre adaptée.

Pour personnalisez votre message, il vous faudra, c’est évident, certaines informations utiles (nom, prénom, date anniversaire, etc…). Voilà pourquoi au départ, une mailing-list se doit d’être très bien construite et pensée dès le début. Ces informations une fois en votre possession, sont une vraie mine d’or, pour vos prochaines campagnes.

Avant toute chose, si votre mailing list est déjà constituée et qu’il vous manque des infos, contactez chacun de vos abonnés et proposez leur de participez à une enquête contre rétribution (cadeau, réduction, offre gratuite, etc…). Les clients aiment être soignés, chouchoutés, et c’est bien normal, après tout, c’est eux qui font vivre votre activité. Ils se feront une joie de répondre à vos questions et vous récolterez ainsi les précieuses données.

Comment améliorer mon taux de lecture ?

C’est bien gentil, mais une fois que mes abonnés ont ouvert ma newsletter, personnalisée, comment faire pour qu’ils participent “vraiment” ? Voilà une question qu’elle est bonne.

Réfléchissons ensemble. Qu’est-ce qui vous, vous ferez cliquer sur une offre contenue dans une newsletter ? Si l’on se retourne cette question, on trouve souvent la réponse. Parce que, la réponse, nous la détenons tous. Nous avons tous généralement des goûts similaires et des points communs. Il suffit simplement de répondre à cette question pour en déduire ce qui fera le succès ou pas de votre newsletter.

Exemple :

  • Vous êtes jeune, branché et aimez les voitures. Si on vous propose des outils de jardinage, il y a de fortes chances que vous jetiez l’e-mail à la corbeille.
  • Maintenant, si on vous propose un stage de pilotage de voiture de luxe en bord de mer, votre intérêt sera tout autre.

Là encore, la clé, c’est le message personnalisé, qui s’adresse directement à la bonne personne.

Les jours d’envoi sont aussi très importants. Pour ne pas froisser vos abonnés, demandez-leur également combien de newsletter ils souhaitent recevoir et à quelle fréquence. Cela vous permettra de beaucoup mieux cibler votre message et augmentera votre taux de lecture.

Comment adresser le bon message ?

La segmentation. Au lieu d’envoyer la même newsletter à tous vos abonnés, segmentez votre mailing-list.

Triez vos abonnés par critères  :

  • âge,
  • profession,
  • intérêt,
  • date de naissance,
  • situation géographique…

Recoupez ensuite ces données, faites des groupes, et personnalisez vos newsletters en fonction de tous ces critères.

Vous améliorerez nettement votre taux de lecture, tout simplement parce que vous répondez à des besoins concrets que vos clients attendent.

Comment donner envie d’acheter ?

Malheureusement il n’ a pas de réponse toute faite à cette question. La newsletter est une première approche dans l’univers de vos abonnés, sauf qu’elle est intrusive. C’est à dire que vous ne l’attendiez pas (c’est aussi pour cette raison qu’elle est souvent le parent pauvre des techniques marketing modernes).

Pour s’assurer d’un bon retour, vous avez toutefois quelques “moyens” plus ou moins “élégants” à votre portée.

En vrac, certains types de messages très bien interprétés côté client :

  • Préférez au traditionnel, “Bienvenue”, un “Votre cadeau vous attend Mlle X”
  • Utilisez des “call to action”, c’est à dire des invitations à cliquer
  • Donner à votre newsletter un sentiment d’urgence : “Plus que 5 minutes pour obtenir votre réduction de X%”
  • Suggérez le nombre d’articles en stock, cela favorisent en général les actions des abonnés.
  • Donnez un sentiment de rareté. Cela marche beaucoup pour l’e-commerce

Comment être sûr que mes clients reçoivent ma newsletter ?

C’est ce que l’on appelle la délivrabilité, terme un peu barbare, définissant le taux de réception d’un e-mail par son destinataire. En général si vous utilisez un bon logiciel e-mailing, ce-dernier se charge d’expédier votre newsletter correctement. Si vous avez suivi les quelques conseils donnés dans cet article, vous ne devriez avoir que très peu de problème.

La plupart du temps, les ennuis sont dû à des adresses mails erronées. D’où l’intérêt, encore une fois, de tenir une mailing-list à jour. (erreur de saisie, doublons, adresses bidons…)

Comment suivre l’évolution et la fréquentation de ma newsletter ?

Je ne saurais trop vous conseiller, là encore, d’utiliser un logiciel dédié, qui vous facilitera grandement la vie, en mettant l’accent sur ce qui fonctionne ou pas. Il vous détaillera les courbes de trafic, de clics, de taux de lecture, etc… un peu à la manière d’un Google Analytics, pour ceux qui connaissent.

Dernier conseil, avant de finir, comme sur un site internet, mettez en avant les informations capitales de votre message dans la partie haute de la newsletter, correspondant à la zone chaude, celle où le regard se porte en premier et où les décisions se prennent.

Voilà, je pense avoir fait le tour de la question, si jamais j’avais oublié quelque chose, n’hésitez pas à intervenir.

*Taux de rebond : Nombre de visiteurs qui atterrissent sur une page et qui quittent plus tard le site. Un bon taux de rebond devrait se situer à moins de 50%. Attention, un taux de rebond de 100% signifie que le visiteur a trouvé des informations utiles, mais qu’il a quitté le site dans faire d’action ou de recherches particulières. Un taux de rebond se mesure à intervalle régulier de 30 minutes, le temps d’expiration d’une session.

Dans la même catégorie :